On sort du textile.

Je pratique encore un peu le vitrail à l’occasion.  Dernièrement, ma sœur (qui dirige un super studio de yoga en passant) voulait une touche de couleur dans sa salle de bain.  J’ai donc confectionné un vitrail tout simple.

 

Je dis tout simple car je fais parfois des choses pas mal plus complexes.

Je ne veux pas en faire mon activité principal car la soudure représente une exposition à des produits toxiques. Par contre je ne dis jamais non à un petit projet de temps en temps!

 

L’option vraiment écologique pour ses achats.

Dernièrement La Presse a publié un article sur l’impact environnemental des sacs réutilisables. J’ai été surprise d’apprendre qu’un sac de coton était l’une des pires options à cause des impacts de la culture de cette plante. Ou du moins que les sacs de coton doivent être utilisés plus de 100 fois.  Ce que je n’aime pas des sacs de coton est qu’ils s’usent rapidement, surtout les poignées.

J’utilise des sacs de denim (à base de coton) que je confectionne moi même à partir de vieux jeans qui sont trop usées pour supporter le reprisage. J’utilise aussi les retailles de tissu qu’il me reste des bords de pantalon.  Donc plutôt que d’utiliser une ressource je récupère un déchet que je transforme plutôt qu’il parte pour le site d’enfouissement.

J’utilise une technique inspiré des courtepointe pour utiliser les restants de tissu. Lorsque le tissu s’use je ne fait que poser un morceau de denim.  D’ailleurs je vais avoir à faire quelques reprisage comme on peut voir sur la photo en haut à droite.

Vous remarquerez également les fils de surpiqûre de différentes couleurs.  J’utilise les surplus de bobines de fil qui peut me rester de d’autres projets.

Lorsque j’ai confectionné le sac j’ai gardé les coutures du long de la jambe des paires de jeans que j’utilisais.  En les tressant on obtient une ganse beaucoup plus résistantes que ce qu’on peut avoir avec une bande de tissu.  J’utilise ce sac depuis plus de 15 ans et je n’ai jamais réparé les poignées.  On commence à voir un peu l’usure mais ça tient encore le coup!

Quand j’ai commencé à utiliser le sac je trouvais que son look était peut-être un peu trop déglingué.  J’ai été surprise d’avoir souvent des réactions très positives dans les magasins sur ce sac entièrement écolo.

Si vous avez peu d’expérience en couture c’est super comme projet de débutant. On peut pas vraiment se tromper avec une couture un peu croche.

Un loisir super créatif qui se réalise avec des bouts de ficelles.

La pointe folle était utilisé à l’époque pour utiliser tout les petits bouts de tissu.  À l’époque victorienne c’est devenu un genre de souvenir où était utilisé un restant de tissu de sa robe de mariage, de vêtements qui nous rappelait de bons souvenirs, ou les retailles de tissu plus luxueux qu’on ne voulait surtout pas gaspillés. On brodait ensuite avec différents points, un genre de ‘showdown’ sur la capacité de l’exécutante.

Je ne m’y étais jamais attaqué auparavant.  Mais le format est parfait pour passer les restants de ruban, les boutons qui s’accumulent et tout ses fils à broder que j’ai mentionné dans un article précédent . En plus je voulais pratiquer ma broderie et faire expérimenter de nouveaux points. J’avais aussi besoin de cintres recouvert pour éviter que mes vêtements tombe par terre. J’ai donc expérimenté mes première pointes folles.

Ce qui me semblait compliqué au début s’avère hautement thérapeutique comme type de broderie.  On part avec un point, en le brodant on pense à notre prochain motif et on se met à bâtir, ajouter, essayer de nouveau points, parfois une scène se crée peu à peu. Le principe est loin d’être minimaliste, la pointe folle à horreur du vide!

Dans mon premier essai, j’ai inclus des fleurs et une coccinelle dans le premier, ça me faisait penser à un jardin. Alors j’ai ajouté un gros bourdon et une toile d’araignée.

pointe folle jardin

Pour mon second essai, j’avais vu cette broderie de chat, j’ai donc ajouté une souris. J’étais toujours dans mon thème de jardin alors j’ai continué avec les fleurs.  J’ai aussi ajouté un peu de dentelle au crochet avec un fil rose que je savais que je n’utiliserais jamais (un peu trop nanane comme rose).

pointe-folle-chat.jpg

J’ai commencé le dernier pendant les grands froids alors un thème plus hivernal s’est imposé.  La broderie est terminé, mais une fois monter sur un cintre j’aime bien ajouter des boutons pour retenir les vêtements avec de petites bretelles qui tombent toujours.

pointe-folle-hiver.jpg C’est vraiment des premiers essais, certaines pointes folles sont de vraies oeuvre d’art!

Quel article vous intéresse le plus? Ceux concernant la récupération de tissus, la broderie ou la confection de vêtements?  Est-ce que des articles sur le projet par étape ou un tutoriel vous serait utile?  Laissez moi vos commentaires svp.

Blog de Noël en retard

En novembre j’avais promis des articles de blogues sur la récupération de textiles et puis plus rien… À un point tel que j’avais préparé quelque chose pour Noël que je n’est pas publié.  Mieux vaux tard que jamais!

Voici des décorations de Noël que j’ai fabriquées.

décoration noel

Les flocons de neige sont au crochet.  Des petits ouvrages pratiques pour passer les restants de bobines.

Les guirlandes sont fais avec des retailles de tissu coupé en bande et rembourrés avec des retailles de tissu.   Le résultat donne un motif de boules qui s’apparente à une guirlande en pop corn.

J’ai également fait la jupe d’arbre façon courtepointe avec deux vieilles paires de pantalon et un restant de tissu. Désolé on voit pas super bien, le chat prenait toute la place.

jupe d'arbre

Voici une photo plus clair sans l’intrus.

jupe best

 

En plus d’utiliser des tissus qui se retrouverait autrement au site d’enfouissement, ces décorations ne représente aucun danger pour nos amis à quatre pattes (et il ne peuvent pas les casser).